Les meilleurs joueurs de bowling du monde

Le 28/04/2014 à 10h45 - Compétition

Certains bowlers sont de véritables références dans l’univers du bowling. Le Français Pierre Montagne en fait partie. D’autres, comme Mika Koivuniemi, ne sont pas en reste. Du côté des femmes, Kelly Kulick est à jamais gravée dans l’histoire de la discipline.

Pierre Montagne, jeune Français prodige du bowling
Il y a quatre ans, à 19 ans, Pierre Montagne fait son entrée dans le cercle très fermé des 80 meilleurs joueurs du monde. Pour arriver à ce stade, ce jeune Lillois commence tôt. Il intègre une école de bowling lilloise pour disputer sa première compétition en 2003. Trois ans plus tard, il rejoint le LUC Lille où son coach, Gérard Lettrée, le pousse tant et si bien qu’il est sélectionné en équipe de France en 2007. Pierre Montagne enchaîne ensuite les championnats et les tournois de grande envergure, où il se place toujours en bonne position. En 2010, il est vice-champion de France junior. En 2012, il réitère l’exploit après avoir battu les plus grands joueurs dans cette catégorie. En juin 2012, avec l’équipe de France et en individuel, il participe au Championnat du monde jeunes à Bangkok, où il finit, pour les deux catégories, à la 9e place du classement.
À ces nombreux succès s’ajoute sa médaille de bronze aux championnats méditerranéens seniors, ainsi que la 10e place lors des championnats du monde des moins de 21 ans qui se sont tenus à Helsinki.
Pierre Montagne bowling

Les bowlers au lancer magistral
Dans l’univers du bowling, les coups de maître sont admirables d’efficacité. Il en va ainsi du lancer de Mika Koivuniemi, un bowler américain d’origine finlandaise. Alors qu’il avait encore sa nationalité d’origine, il a remporté deux Masters consécutifs aux États-Unis, ceux de 2000 et 2001, et est le premier non-Américain à réaliser à tel exploit. L’un de ses coups de maître, il le signe lors du USBC ou United States Bowling Congress Masters 2013, dans le New Jersey. Le bowler fait tomber huit quilles dès le premier lancer. Seulement, les deux quilles qui restent sont situées l’une à l’opposée de l’autre. Mika Koivuniemi réussit pourtant à les faire tomber à son second lancer.
Peter Weber, PDW pour les intimes, un autre joueur américain, se souviendra longtemps du 26 février 2012, date à laquelle il remporte son cinquième championnat national. Il surpasse ainsi le record de son père, Dick Weber. Ce cinquième titre de champion de l’Open des États-Unis, PDW l’obtient sur le fil grâce à un strike ultime. À la fin de la partie, qu’il dispute face à Mike Fagan, le score est de 215 à 214. Cette victoire remportée dans le New Jersey vient s’ajouter aux 35 autres qu’il a déjà gagnées dans le circuit professionnel.

Quand le bowling se conjugue au féminin
En 2010, Kelly Kulick, une Américaine, fait une entrée fracassante dans le monde du bowling. En finale du Tournoi des Champions, à Las Vegas dans le Nevada, elle affronte Chris Barnes. Elle marque 265 points contre 195 pour son adversaire. Elle devient ainsi la seule femme à s’imposer dans un tournoi masculin. Et qui plus est, elle le fait à l’occasion d’un tournoi du Grand Chelem, l’un des plus prestigieux pour les professionnels de la discipline.